Anglomanie


Amusons-nous à désigner par "jargonautes" les amateurs de néologismes anglo-saxons. Le monde des TIC les a remis à la mode avec ses smartphones, ses buzz et serious games.

Mais cette anglomanie n'est pas une nouveauté du XXIe siècle ; la seconde moitié du XIXe siècle a connu un certain engouement pour le sport, le whist, et le pouding. Les mauvais souvenirs des guerres du premier Empire avaient fait de l'Angleterre l'ennemi irréductible. Mais ils s'éteignaient sous la Restauration avec la disparition des derniers grognards.

L'Angleterre, en devenant l'alliée de la France après un demi-siècle de guerre, revint à la mode : le muscadin [1] de Thermidor, devenu l'incroyable [2] du Directoire, est alors désigné par le néologisme fashionable [3] sous la Restauration

Voici un petit poême de cette époque, en alexandrins s'il vous plaît, de Jean-Pons-Guillaume VIENNET, poête, auteur et contempteur de cette mode anglomaniaque.

On n'entend que des mots à déchirer le fer,
Le railway, le tunnel, le ballast, le tender
Express, trucks et wagons, une bouche française
Semble broyer du verre ou mâcher de la braise...
Certes, de nos voisins l'alliance m'enchante,
Mais leur langue, à vrai dire, est bien envahissante !
Faut-il, pour cimenter un merveilleux accord,
Changer l'arène en turf et l'exercice en sport,
Demander à des clubs l'aimable causerie,
Flétrir du nom de grooms nos valets d'écurie,
Traiter nos cavaliers de gentlemen-riders ?
Je maudis ces auteurs dont le vocabulaire
Nous encombre de mots donc nous n'avons que faire !

Si certains des mots sont entrés dans le dictionnaire français (ici en gras), certains n'ont pas obtenu leur visa de séjour ou restent peu usités (en couleur italique). Pouvons-nous en tirer la conclusion que certains mots à la mode en ce moment vont tomber dans l'oubli ? Curation ? Digital ? Curator ? Community manager ?

À suivre...

Allez, un petit dernier pour la route : "économie digitale"... Serait-ce une économie dans laquelle on y met les doigts ?

digital, ale, aux

  1. adjectif. Qui se rapporte aux doigts. Des empreintes digitales
  2. nom commun. Les digitales forment le genre Digitalis, environ vingt espèces de plantes herbacées classiquement placées dans la famille des Scrofulariacées.
  3. FORME FAUTIVE digital. Anglicisme au sens de numérique.

Digitalis

Voir aussi l'article sur le jargon informatique et celui sur la polémique du mot-dièse ou hashtag .


[1] Surnom donné sous la Révolution, après la chute de Robespierre, fut le 9 thermidor an II ou 27 juillet 1794, pour désigner la jeunesse dorée qui se formait en bandes sous la direction du journaliste Fréron et s'opposait aux révolutionnaires sans-culottes.

[2] À la suite des Muscadins, une partie aisée de la jeunesse, qui décidait du suprême bon ton de l’époque, lança une nouvelle mode vestimentaire où l'extravagance était obligatoire ainsi qu'une mode de langage zézayante où la lettre "r" était bannie puisqu'elle est l'initiale de "Révolution" ! Ils furent nommés les Incroyables en raison de leur tic de langage « Ma pa’ole d’honneu’ ! C’est inc’oyable ! »

[3] Il te sied bien de faire le fashionable (que le diable soit des mots anglais !) quand tu ne peux pas payer ton tailleur ! — (Alfred de Musset, "Il ne faut jurer de rien", 1836, acte I, scène 1).

Statistiques :

Identification :

Utilisateurs :

Il y a actuellement 1 utilisateur connecté.

Droits d'auteur :

Ce site est mis à disposition
sous un contrat Creative Commons :
http://creativecommons.org